Comment je suis devenu une maman qui gère grâce au miracle morning

Si vous me suivez sur Instagram, vous connaissez mon attachement au miracle morning depuis quelques mois. Et pour cause, cette philosophie de vie à littéralement changé mon quotidien en à peine quelques semaines!

Je n’ai jamais su me lever tôt. J’ai toujours été “du soir” comme on le dit souvent, avec une productivité accrue en fin de journée. Une fois la nuit tombée, je pouvais m’atteler à des tâches plus ou moins intellectuelles ou simplement ranger, nettoyer un bon moment sans éprouver de fatigue. Je me couchais tard et avais forcément des difficultés au réveil.

Lorsque j’étais infirmière, je prenais mon poste à 6h45. Je calculais mes préparatifs et mon trajet jusqu’à l’hôpital à la minute près afin de me lever le plus tardivement possible. Évidement, il suffisait qu’il y ait un accident sur mon chemin ou tout autre facteur indépendant de ma volonté pour que mes calculs tombent à l’eau, que j’arrive en retard et que ce simple fait me mette hors de moi en me faisant commencer la journée avec un caractère irritable.

Lorsque je me couchais tard, je m’endormais énervée par anticipation de la fatigue du lendemain. Je me levais donc forcément fatiguée et énervée!

À la naissance de Timothé, mes repères et mon pseudo équilibre avec le sommeil ont été complètement ébranlés. Je n’imaginais pas que le manque de sommeil puisse être si difficile à vivre! Avec les nuits tronquées, je me réveillais le plus tardivement possible le matin, complètement fatiguée et dans une forme vraiment relative pour commencer la journée.

Nous étions toujours dans le speed le matin à se presser pour se préparer et préparer Timothé et de fait, les journées ne débutaient pas de la manière la plus sereine possible.

C’est avec l’arrivée de mon deuxième enfant que j’ai réalisé que je ne pouvais pas continuer comme cela.

Le tableau à ce moment était le suivant :

  • je me couchais vers 23h-0h
  • je me réveillais une à 4 fois par nuit selon le bon vouloir de mon fils
  • je me réveillais entre 7h et 7h30 dans les cas extrêmes
  • je me préparais, préparais Timothé, le dépassais chez la nounou à 7h50 et filais au travail pour 8h (la nounou était en face de chez nous et mon travail à 7min à pied)
  • je récupérais Timothé chez la nounou à 17h ou 18h, m’occupais de lui, le couchais vers 20h30, puis je m’occupais du diner avant le retour de monsieur. Nous passions la soirée ensemble pour nous coucher vers 23h-0h.

Pour être complètement honnête, ce quotidien éteignait ma passion à petit feu. Je suis une passionnée ayant besoin de plus que du quotidien pour m’épanouir et ce rythme boulot-enfant-dodo avec en prime la fatigue chronique ne me satisfaisait pas.

J’avais besoin d’avoir du temps pour moi. Du temps pour faire des choses non indispensables contribuant somme toute à mon épanouissement personnel. J’avais besoin de temps qui ne me serve pas à faire le ménage, la cuisine, ou à organiser mon travail. J’avais besoin de temps pour faire ce qui me plairait sans culpabiliser.

J’ai commencé à me qu’il fallait que je me lève plutôt. J’étais complètement lucide sur le fait que je devais commencer à prendre du temps pour moi avant l’arrivée du deuxième enfant car cela serait bien plus difficile après la naissance avec le changement de rythme.

J’ai essayé de me lever tôt mais je n’ai pas réussi à me lever aussitôt que je le souhaitais, et surtout, j’étais épuisée. C’est à ce moment qu’une amie m’a parlé du livre miracle morning de Hal Elrod. Je n’en avais jamais entendu parlé avant et j’étais curieuse de savoir comment il pouvait m’aider à réussir à me lever tôt. J’ai acheté la version spéciale famille moins de 20€ via Amazon et je l’ai lu en quelques semaines.

Entre temps, Victoire est né et son arrivée à complètement chamboulé et désorganisé mon quotidien. J’étais épuise, perdue, fatiguée, irritable, colérique et clairement déprimée. Je me sentais seule avec mes deux enfants, j’avais l’impression que je ne réussirai jamais à retrouver un équilibre avec eux et je le vivais très mal. Pour couronner le tout, le manque de sommeil et la fatigue chronique provoquait chez moi de l’hypertension qui me donnait des migraines et des douleurs cervicales  quasi quotidiennes. Je devais de toute urgence trouver une solution pour me retrouver et reprendre le contrôle.

J’ai décidé de commencer le miracle morning à la rentrée de janvier 2018 en prenant la résolution de passer dans le camp des lève tôt cette année là.

Je ne suis pas une spécialiste ni une puriste du miracle morning, alors je vous en parlerai simplement d’après ma propre expérience.

Qu’est ce que le miracle morning? 

C’est l’art de se lever plut tôt pour prendre du temps pour soi, se cultiver, méditer, faire du sport et s’aligner avec ses propres aspirations.

Quelle est la particularité de la version famille du livre? 

La version famille est adaptée aux parents ayant des nuits agitées. Elle est par ailleurs axée sur l’intérêt du développement personnel pour parvenir à une vie familiale harmonieuse et devenir le parent que l’on souhaite être.

Dans cette version spéciale famille, j’ai beaucoup aimé les exemples, retours d’expériences et histoires de vie de différentes familles. Si vous êtes parent et que vous souhaitez vous mettre au miracle morning, je vous recommande donc cette version. J’ai également acheté la version première que je prendrai le temps de lire ultérieurement.

Comment fonctionne le miracle morning? 

Parmi les questions qui reviennent souvent sur instagram, il y a celle de la fatigue. Vous êtes nombreuses à me demander si je ne suis pas fatigué, si je fais des siestes.

En réalité, le miracle morning n’est pas seulement le fait de se lever tôt, c’est plus précisément le fait de changer ses habitudes de sommeil. Autrement dit, l’on apprend à son corps à réduire ses besoins de sommeil nocturne. Or, prendre une nouvelle habitude demande une période d’adaptation.

30 jours suffisent pour installer une nouvelle habitude.

Cette période d’adaptation nous fait passer par plusieurs phase

     Phase 1 : insupportable (jusqu’à 10 jours)

Cette phase représente la lutte de notre esprit contre notre corps. On tente d’imposer à notre corps un nouveau rythme, un nouvel idéal venant bouleverser ce qu’il connaissait jusque lors. Cette phase nécessite de la persévérance avec un focus important sur notre vision et notre objectif principal.

Cette phase a été très difficile pour ma part. J’avais parfois la nausée tant mon corps souffrais de ce nouveau fonctionnement que j’essayais de lui imposer.

     Phase 2 : désagréable ( 11 à 20 jours)

Durant cette phase, on commence à se faire à l’habitude de se lever tôt et ce n’est plus un supplice.

     Phase 3 : installation de l’habitude 

Notre corps se fait à l’idée de se lever tôt. Les 10 derniers jours sont l’occasion d’ancrer cette l’habitude nouvellement acquise.

Que fait-on pendant ces réveils matinaux? 

La méthode originelle veut que l’on pratique les life savers. Ce sont des exercices ( au nombre de 6) destinés à nous aider à exploiter notre potentiel).

Pour ma part, je dois avouer que je ne les pratique pas tous pour le moment. 5 mois après avoir débuté le miracle morning, j’en suis surtout à prendre du temps pour moi, apprécier le silence, méditer et faire le plein de calme avant le tumulte de la journée avec les enfants qui ne prend fin qu’à leur coucher vers 20h30.

À titre informatif, les life savers sont : le silence, les affirmations positives, la visualisation, l’exercice, la lecture et l’écriture. Je ne détaille pas cet aspect que je vous laisserais approfondir avec la lecture du livre.

Qu’est ce que le miracle morning à concrètement changé pour moi? 

TOUT!

Seules les personnes dépassées, débordées, fatiguées, usées et épuisées comme je l’ai été pourront comprendre mon engouement pour le miracle morning mais sa pratique a vraiment changé mon quotidien.

  • Je me lève maintenant à 5h. Il fait nuit, il n’y a pas un bruit. Si vous avez des enfants en bas âge et que vous les avez toute la journée à la maison, vous comprenez à quel point c’est une denrée rare.

J’apprécie donc le silence tous les matins et ce simple fait me met en joie.

  • Je prends le temps de me préparer. Je ne cours pas, je ne fais pas les choses à la hâte, j’ai tout le temps de bichonner mon petit corps et ça, c’est aussi précieux lorsque l’on est jeune maman.
  • Je médite et je passe du temps à travailler mon développement personnel. Je n’avais plus le temps de faire cela avant. Depuis que je pratique le miracle morning, j’ai appris à me centrer sur moi et mieux me connaitre. J’ai aussi appris à relativiser certaines choses, à lâcher du lest pour d’autre et le fait de prendre les choses beaucoup moins à coeur, d’avoir plus de recul m’aide à moins souffrir tout simplement.

En pratiquant le miracle morning, j’ai accepté le fait que j’étais limitée, que j’avais des faiblesses, que je ne pouvais pas tout faire et que je n’avais pas à tout faire. C’est peut être anecdotique mais avant je voulais tout faire et cela m’épuisait. Maintenant, je dis stop, je m’écoute et je veille sur moi. Je veille à ne pas tirer sur la corde, sur ma propre corde. C’est comme ça que je suis devenu une maman qui gère ses deux enfants et son foyer.

  • Je suis moins irritable et colérique. Avant, un rien m’énervait. Je ne voulais pas que l’on me parle et je m’isolais. Aujourd’hui, je retrouve peu à peu le goût du contact avec les autres parce que je n’ai plus cette irritabilité causée par la fatigue et l’agacement face au quotidien.

Pour finir, je dirais que j’ai l’impression d’avoir perdu un temps fou toutes ces années. Je n’ai jamais atteint autant d’objectif que depuis que je pratique le miracle morning. Je n’ai jamais été autant fière de moi, autant en phase avec moi même et autant sereine pour l’avenir que maintenant. Tout cela parce que j’ai appris à m’écouter, relativiser, me projeter dans l’avenir, me recentrer sur ce que je suis, ce que je désire vraiment, ce en qui je crois.

Je pense que tout parent devrait se lever tôt pour prendre du temps pour soi afin de se montrer entièrement disponible pour son enfant à son réveil. Depuis que je pratique le miracle morning, je m’occupe uniquement de mon fils à son réveil et non plus de moi en parallèle; je prépare des gâteaux le matin, nous partons plus tôt pour l’école, nous y arrivons en avance dans la joie et la bonne humeur et de fait, les journées commencent beaucoup mieux qu’avant.

Bien sur, je ne pratique le miracle morning que depuis 5 mois, je n’ai pas encore tout expérimenté et l’avenir me dira comment évolueront les choses. Je sais néanmoins une chose : je ne retournerai pas en arrière. Je veux apprendre à mieux exploiter ces temps pour construire mon équilibre familiale idéal, devenir la meilleure version de moi même et être le parent dont mes enfants ont besoin pour grandir dans un environnement sécher et épanouissant.

Merci d’avoir pris le temps de me lire jusqu’au bout. J’espère avoir réussi à vous communiquer mon enthousiasme pour cette habitude de vie. N’hésitez pas à me poser vos questions si certaines restent sans réponse.

Fabienne. 

3 comments

  1. Merci pour cet article, je suis une nouvelle addict à ton mode de vie et j’aime beaucoup ta façon de voir les choses, pour tout cela merci ! J’ai deux questions : le fais-tu aussi le week-end ? à quelle heure te couches-tu ? Merci par avance pour tes réponses et bravo !

    1. Bonjour Pauline! Merci pour ton retour positif, c’est réconfortant de savoir que nous sommes plusieurs à avoir la même quête!
      Je fais aussi le miracle morning les weekends oui. Pour le coup, c’est moins pour être parée à affronter la journée, c’est plus pour me détendre sans stress. L’habitude du réveil matinal étant ancrée, je ne fais pas de différence entre la semaine et le weekend en fait. 5 mois après mes débuts, je me couches vers 23h et minuit. 5 à 6h de sommeil sans interruption me suffisent aujourd’hui. Au début par contre, je me couchais à 22h-22h30 car j’avais besoin de plus de sommeil. Je ne l’ai pas précisé mais j’ai un bébé de 7 mois que j’allaite. Du coup je suis habituée aux réveils nocturnes et au sommeil réduit ce qui fait qu’aujourd’hui 5 à 6h de sommeil efficace et sans interruption me suffisent amplement! À bientôt!

  2. Merci pour cet article, je ne suis pas encore maman mais je suis contente de lire que maternité ne signifie pas sacrifier sa personne 😊😁

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *